La procastination ou pourquoi faire aujourd’hui ce que je peux faire demain ?

Bilan de compétences

Ah la procrastination ! Avez-vous remarqué comme les tâches du quotidien deviennent des urgences, dès lors qu’elles nous permettent d’éviter de faire certaines tâches qui nous semblent trop exigeantes ? Qui ne se souvient pas d’avoir fait une ixième brassée de lavage, plutôt que d’étudier pour un examen de mathématiques particulièrement ardu ?

Le chercheur d’emploi ne fait pas exception, de même que l’employé, la personne en démarche d’orientation, l’étudiant, le gestionnaire….nous sommes tous à risque de répondre à l’appel de la procrastination.

Le dictionnaire la décrit ainsi :

La procrastination est une tendance à remettre au lendemain des actions que nous devrions faire aujourd’hui. Le « retardataire chronique », appelé procrastinateur, n’arrive pas à se « mettre au travail », surtout lorsque cela ne lui procure pas de gratification immédiate (ou que cela lui demande trop d’efforts).

Il nous arrive tous de remettre à plus tard certaines tâches (les impôts, ça vous dit quelque chose ?). Cependant, lorsque, de façon chronique, nous remettons sans cesse au lendemain des actions qui auraient pu nous rapprocher de ce qui est important pour nous, il peut y avoir là matière à se questionner. Il n’est pas rare d’y retrouver les manifestations de peurs ou de blocages, nous empêchant ainsi de poser les gestes qui, malgré l’effort que cela nécessite sur le coup, nous amènent davantage dans la direction que nous voulons prendre.

Alors, la prochaine fois que vous vous apprêtez à faire le ménage de votre garde-robe (plutôt que l’appel à l’employeur pour le poste dont vous rêvez), posez-vous la question : Répondez-vous à l’appel de la nécessité….ou de la procrastination ?

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *